Ligue Catalane

14 avril 2014

Nous demandons un statut d’autonomie !

Qu’est ce qui nous différencie des autres mouvements indépendantistes ?”

Nous ne sommes pas un mouvement indépendantiste mais AUTONOMISTES (Pyrénées-Orientales).

C'ertaines compétences appartiendrait à l’état central, d’autres à la Communauté Catalane, d’autres entièrement a la region .
Nous ne voulons pas créer un "état Catalan". L’indépendance n’est pas, pour nous une revendication à l’ordre du jour alors que la plus grande partie des Catalans ignorent qu’ils sont Catalan ou Occitan .
Dans le cadre européen, l’indépendance nous semble un mot (la France est-elle indépendante, sinon en parole ). L’autonomie nous semble par contre un moyen de répondre aux problèmes actuels des régions Catalane et Occitanes : désertification de certaines zones, touristification à outrance d’autres régions, exil des jeunes, liquidation de l’agriculture,islamisation progresive,immigrations envasive , pouvoirs de décisions centralisés à Paris, disparition de la langue et de la culture Catalane et Occitane, etc...
Nous voulons pouvoir décider nous-mêmes de notre avenir sur nos Terre.

Beaucoup de Catalans et d’Occitans ne se rendaient pas compte de la valeur de leur langues qu’ils appelaient patois et qu’ils commencent seulement à appeler par son nom, Catalan et Occitan. Parce que l’Occitanie ( = 32 départements + Val d’Aran et pyrénées orientales(état colloniserpar les espagnolset le gouvergnement jacobin francais ) + vallées occitanes de l’état italien) est un gros morceau de l’état français. Si l’on peut accepter d’un point de vue français la "sécession de la Corse ou de la Bretagne", reconnaître le problème Catalan-Occitan, c’est mettre en cause la construction même de l’état français (extension par conquêtes successives du noyau de l’Ile de France). Paris ne veut pas partager le pouvoir, là est le problème "central" (!)

Le "régionalisme" est mal vu en France : enseignement de l’histoire centraliste, parisianocentrisme, ... Tout ce qui se fait en dehors de Paris n’existe pas. Les médias dont on parle sont tous à Paris ...

Nous ne pensons pas que la force doit etre adaptée en fonction de la situation. Nous préférons utiliser la voie de la rue a celle de l'urne , en tout cas dans l'imedia.

Un peuple,une culture ,une civillisation et une identité

img4

  

Posté par liguecatalane à 15:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 avril 2014

RICHARD ROUDIER DÉFENDRA LES LIBERTÉS PUBLIQUES MERCREDI 9 AVRIL À 13H30 DEVANT LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE CARCASSONNE

RR[1]

Bernard Boucault, pur produit de l’ENA, a été nommé au poste de Préfet de police de Paris en Conseil des ministres par François Hollande et « installé » par Manuel Valls le 26 juin 2012. Il fait partie de ces fonctionnaires qui ont choisi leur camp. Le 24 mars 2013 il a ouvertement pris parti contre la Manif Pour Tous en minorant de façon ubuesque le nombre de manifestants et en couvrant ses fonctionnaires qui embarquaient et gazaient à tire-larigot.

Par contre, lors de la soirée célébrant le titre de champion de France du Paris-Saint-Germain (PSG), Monsieur le préfet, ne voulant pas indisposer ses nouveaux maitres quataris, n’avait positionné qu’un dispositif allégé. On connait la suite, illustrée par les violences et saccages de la part d’une faune de prédateurs venue en masse pour fêter l’évènement.

Nous n’avons donc pas été surpris quand une manifestation projetée le 14 septembre 2013 pour la défense des libertés publiques par le Réseau-Identités (parti politique agréé par l’état) a été interdite. Monsieur le préfet de police fait partie en effet de la « préfectorale », une institution anachronique, quasiment unique au monde, que la France partage  avec seulement quelques pays d’Afrique et d’Amérique du sud.

Natif de Béziers, ville cathare rebelle, je m’étais permis de brocarder Bernard Boucault en lui glissant quelques vers de « l’âne chargé de reliques » une fable de ce bon Jean de la Fontaine, en espérant que Monsieur le préfet, dont le départ en retraite n’est qu’une affaire de mois, trouverait à méditer sur l’éclat éphémère du pouvoir.

Qu’on juge de mon degré d’impertinence :

Un baudet chargé de reliques

S’imagina qu’on l’adorait :

Dans ce penser, il se carrait

Recevant comme siens l’encens et les cantiques

Quelqu’un vit l’erreur et lui dit :

« Maître baudet, ôtez-vous de l’esprit une vanité si folle.

Ce n’est pas vous, c’est l’idole,

A qui cet honneur se rend,

Et que la gloire en est due. »

D’un magistrat ignorant,

C’est la robe qu’on salue.

Je terminais par cette mise en garde : « Evidemment toute analogie entre Boucault et Bourricot serait purement fortuite ». 

C’est cette dernière phrase qui me vaut aujourd’hui d’avoir à  subir avec ma camarade Josiane Filio de Riposte Laïque une véritable lettre de cachet que Monsieur la préfet a la prétention de nous faire délivrer à Carcassonne.

Comme disait l’amuseur Jean Amadou que j’ai côtoyé dans ma jeunesse à Valras-Plage : l’humour, contrairement à ce que l’on pourrait croire, est une manifestation de l’intelligence… Monsieur le préfet Boucault –sauf le respect que je ne lui dois pas- est visiblement dénué de l’un comme de l’autre…

Posté par liguecatalane à 22:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

SUCCÈS DE LA PREMIÈRE MANIFESTATION PATRIOTE ET IDENTITAIRE EN LANGUEDOC

ACPréfect
Omniprésent sur le Clapas en ce dimanche 6 avril, le soleil semblait  inviter les montpelliérains plus à  la baignade ou au farniente  qu’à la manifestation politique. Pourtant ils se sont retrouvés 250 derrière 6 banderoles et des drapeaux nationaux et régionaux à arpenter les rues de la capitale du Languedoc. Partis de la promenade du Peyrou, ils devaient rejoindre, une heure et demi plus tard, la préfecture après un passage par le brd. du jeu de Paume, la Grand-rue Jean Moulin,  la rue de la Loge et la place Jean Jaurès.
Pour chauffer les manifestants, plusieurs orateurs devaient intervenir au pied de la statue de louis XIV; c’est ainsi que l’on put entendre successivementJordi, délégué pour le Languedoc-Roussillon du Collectif Jour de Colère, organisateur efficace de cette première manifestation patriote, qui replaça cette action dans la continuité du grandiose Jour de colère du 26 janvier à Paris, puis un représentant d’Egalité et Réconciliation qui fustigea le gouvernement pour ses atteintes aux libertés publiques, Jean Claude Martinez président de Force Vie qui, dans son style caustique dénonça le racket fiscal… enfin Olivier Roudier, l’un des porte-parole de la Ligue du Midi (Réseau-Identités) en défenseur “joyeux” de l’identité s’en prit aux mondialistes qui ont transformé notre pays en un “carrefour de nomades”… “D’une patrie belle, fière et enracinée ils ont fait une poubelle planétaire… De cette terre solide et stable que nos ancêtres nous ont confiée pour nos enfants, l’oligarchie a fait un marigot putride gagné par une malaïgue qui asphyxie toutes les forces vives de la nation…”
Tout au long du parcours Olivier et Jordi lançaient de nombreux slogans depuis le camion-sono tels “Valls cass’ toi, ta France on n’en veut pas”, “un père, une mère, c’est identitaire” ou le consensuel “Hollande, démission”…. A noter, qu’à aucun moment y compris au niveau de la place Jean Jaurès, dont les terrasses des cafés étaient bondées, aucun incident ne vint entacher cette manifestation qui constituera une “première” dans l’émergence des forces patriotes et identitaires en Languedoc. On notait également dans la manifestations des militants du collectif Convergence France-Russie, des responsables de la Manif pour Tous, des royalistes,  ainsi que des représentants du Parti de la France; certains manifestants avaient fait beaucoup de kilomètres tels ceux venus de Perpignan, de Marseille, de la Drome, du Var ou  du Rouergue.
AC OlivePeyrou
Un dernier discours de Jordi en compagnie de Richard Roudier sur la place du Marché aux fleurs, une Marseillaise enthousiaste, une Coupo Santo inattendue et une invitation impertinente sur l’air des des lampions, intimant au Préfet d’apparaitre au balcon, clôturaient cette journée de camaraderie, encadrée par  une équipe de sécurité en chasuble  “bleu de France” très concentrée sur sa mission.
Ligue du Midi
BP 1-7114
30912 – Nîmes cedex 2
Tel : 04 34 40 41 29 / 06 83 25 36 10

Posté par liguecatalane à 22:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]